La retraite est un travail comme un autre

Contrairement aux idées reçues, la retraite n’est pas synonyme de liberté. Les injonctions à rester actif et utile saturent en effet les feuilles de choux ; nécessités que le senior - véritable stakhanoviste du 3ème âge - transforme miraculeusement en vertu. Le 4ème âge, bien au contraire, est devenu infréquentable…

1. L’abolition du droit à la retraite

La retraite est désormais synonyme de charge pour la collectivité. Comme l’expliquait déjà en 1962 la Commission Laroque dédiée à la vieillesse : “L’entretien des personnes âgées inactives fait peser une charge de plus en plus lourde sur la population active”. Ainsi la retraite “bien méritée” cèdera progressivement sa place à la retraite “active”...

2. Les seniors comme modèle

À charge donc pour les retraités de rester en bonne santé, de rajeunir et surtout d’être utile pour les autres ; mots d’ordre répétés ad nauseam dans l’espace public. Garder les petits enfants, faire des étrennes, devenir bénévole : autant de contributions demandées aux retraités. En définitive, les retraités acceptables - les “seniors” - sont donc les retraités qui continuent de donner alors qu’ils étaient supposés recevoir...

3. Le 4ème âge comme repoussoir

À l’inverse des seniors, le 4ème âge est brandi comme un contre-modèle parce qu’il est synonyme de dépendance. Il convient donc pour les retraités de repousser leur entrée dans cette catégorie d’âge au plus possible ; précisément en épousant les comportements vertueux des seniors.

4. Réussir sa retraite, ça serait donc travailler ?

C’est avec cette question lancinante que les retraités débutent leur retraite. Et si ces derniers méritaient de nouveau le droit à prendre leur retraite ?

L'étude

#GérerSonArgent

Comment les individus vivent-ils la retraite ?

À en juger par le nombre impressionnant de publications sur le sujet, le thème de la silver économie est en passe de devenir un marronnier aussi incontournable que le thème du gouvernement qui s’apprête à “réformer le système des retraites". Pourtant, ces prismes économiques et politiques occultent les facettes principales du sujet retraite. Car, rappelons-le, la retraite est avant tout un problème de retraité. Comment les individus vivent-ils le passage du travail à la retraite ? Pourquoi certains redoutent-ils cette transition quand d’autres l’attendent avec impatience ? Que font-ils de leur retraite en conséquence ? Pourquoi certains continuent de travailler quand d’autres choisissent les loisirs ? C’est à ces questions que nous avons tenté de répondre dans cette étude.

Découvrir l'étude

L'AUTEUR DE CETTE ÉTUDE

Marc-Antoine Morier - Anthropologie & Stratégie

Diplômé de l’EHESS, Marc-Antoine a mis ses compétences en sociologie et en anthropologie au service des entreprises. Il a rejoint unknowns en 2017 pour réaliser les enquêtes de terrain en sciences

Contacter Marc-Antoine

Marc-Antoine Morier

"Les sciences sociales offrent des méthodes et des outils pour comprendre les individus. Les utiliser, c’est se donner les moyens de saisir comment et pourquoi ils font ce qu’ils font et disent ce qu’ils disent."