La perception des risques et leur protection

Les assurances ont une vision arrêtée et absolue des risques et des façons dont les gens doivent s’en protéger. Ces présupposés structurent les produits d’assurance et la relation que les assurance entretiennent avec les individus. Pourtant, les façons par lesquelles les gens se protègent sont multiples et méritent d’être étudiées. La perception des risques et les pratiques de protection sont-elles en adéquation avec les a priori des assurances ? Ces enseignements sont issus de notre enquête sur la perception des risques et leur protection.

Rapport d'étude

8 000 €

Nombre de pages: 20

Auteur Guillaume Montagu

Éditeur : unknowns études

Année: 2015

Format: print et pdf

Options supplémentaires

Présentation

+ 2000 €

La synthèse de l'étude fournie au format .ppt et présentée par l'auteur.

Atelier d'idéation

+ 2000 €

Un atelier animé par nos experts pour mettre en pratique les enseignements de l’étude.

EN SYNTHÈSE

La protection n’est pas l’apanage des assurances, les premiers acteurs de leur protection sont les individus eux-mêmes. La perception des risques, façonnée par l’histoire individuelle et les situations vécues, structure les moyens que les individus mettent en place pour s’en prémunir. L’assurance n’est qu’un de ces moyens. Et plutôt que de faire appel à elle, les individus sont souvent plus enclin à mobiliser de l’argent et des comportements.

ENSEIGNEMENTS CLÉS

Les assurances ont une vision arrêtée et absolue des risques et des façons dont les gens doivent s’en protéger. Ces présupposés structurent les produits d’assurances et la relation qu’elles entretiennent avec les individus. Ces enseignements sont issus de notre Enquête sur la perception des risques et leur protection. Pourtant, les façons par lesquelles les gens se protègent sont multiples et méritent d’être étudiées. La perception des risques et les pratiques de protection sont-elles en adéquation avec les a priori des assurances ?

«ça me paraissait plus sûr de payer de la main à la main plutôt que de passer par les assurances […] Je me suis dit que j’allais me faire engueuler par mon assurance […] je ne sais plus si j’ai raisonné comme ça à l’époque, mais vu les dégâts il m’a semblé que c’était plus économique de payer le pare-choc abîmé que de payer le malus»

MÉTHODE D'ENQUÊTE

L’enquête terrain a été conduite pour parti durant l’été 2015 puis à l’automne 2015 par des entretiens approfondis auprès d’une vingtaine de personnes. Il a été complété par des observations participantes sur des lieux de pratique de sport « à risques ». Le panel était constitué de profils divers, présentant de fortes différences d’âge, de cycle de vie, de niveau de revenus et de richesses possédées, de statut marital, de zone de résidence et de degré d’exposition au risque.

Protocole

Revue de littérature

18 entretiens semi-directifs approfondis

3 jours d’observations sur des terrains d’activité à risque

L'AUTEUR DE CETTE ÉTUDE

Guillaume Montagu - Anthropologie & Stratégie

Après un cursus de recherche en sociologie et anthropologie politique à la Sorbonne, Guillaume a mis ses savoir-faire en sciences sociales au service des entreprises. Il a rejoint unknowns pour s'occuper de la recherche et des études.

Contacter Guillaume

Guillaume Montagu

"La démarche des sciences sociales part du constat que les individus ont des raisons de faire ce qu’ils font. C’est notre rôle de les comprendre et d’expliquer leurs pratiques."

DEMANDER L'ÉTUDE