Pour trier, les convictions ne suffisent pas

Tout le monde est d'accord pour trier, mais les contraintes du tri découragent. En plus de convaincre les individus, ne faudrait-il pas aussi les aider à rendre le tri moins contraignant ?

1. Le tri est devenu un idéal collectif

Depuis les années 1980, le tri est surtout une affaire de communication : pour préserver l’environnement, nous sommes tous incités à trier.  Une très grande majorité d’individu a adhéré à ce principe y compris ceux qui ne trient pas ; ceux-là s'excusent de ne pas trier.

2. En réalité, trier n’est pas le seul choix possible

Chaque fois qu’une personne tient un déchet entre ses mains, elle peut l’évacuer immédiatement ; le déposer en apport volontaire ; le jeter par terre ; le conserver en attendant d’avoir de la place dans une poubelle de tri ; le réutiliser ; etc.

3. Or, chaque choix est synonyme de contraintes

Evacuer rapidement un déchet de chez soi, c’est faire un trajet dédié aux distances parfois considérables.  A l'inverse, trier suppose d’avoir de la place chez soi pour y stocker les déchets. C’est aussi manipuler davantage les déchets ce qui, pour certains, signifie prendre le risque de se salir. Face à ces dilemmes, les individus arbitrent et mémorisent des manières de faire pour être plus efficaces.

4. Et si on passait de la communication à l’action ?

Lorsqu’ils ne parviennent pas à arbitrer en faveur du tri, les individus se replient sur des justifications,; alors qu’ils ont transgressé une norme qu’ils n’ont pas nécessairement les moyens de respecter. Pour qu’ils  agissent conformément à leur souhait, et si on leur donnait des compacteurs, des poubelles et des rangements spécialement conçus pour trier ? Bref, et si on donnait aux individus des outils concrets ?

L'étude

#GérerSonArgent

Les pratiques de tri des particuliers

Le sens commun aborde principalement les déchets sous l’angle de la saleté, et justifie la gestion des déchets par le souci de l’hygiène et de la propreté. Or le rapport des individus aux déchets n’est pas seulement pathologique : il est aussi symbolique, social et normatif. Ces variables déterminent aussi les pratiques de gestion des déchets et plus particulièrement du tri et du recyclage. Ces enseignements sont issus de notre enquête exploratoire sur la gestion et le tri des déchets par les individus.

Découvrir l'étude
Contenu Gratuit

L'AUTEUR DE CETTE ÉTUDE

Marc-Antoine Morier - Anthropologie & Stratégie

Diplômé de l’EHESS, Marc-Antoine a mis ses compétences en sociologie et en anthropologie au service des entreprises. Il a rejoint unknowns en 2017 pour réaliser les enquêtes de terrain en sciences

Contacter Marc-Antoine

Marc-Antoine Morier

"Les sciences sociales offrent des méthodes et des outils pour comprendre les individus. Les utiliser, c’est se donner les moyens de saisir comment et pourquoi ils font ce qu’ils font et disent ce qu’ils disent."